Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Banques: l'année 2018 placée sous le signe des fusions ?

(CercleFinance.com) - Du mariage d'Essilor avec Luxottica à celui d'Unibail avec Westfield, ou de Safran et de Zodiac Aerospace, en passant par le rachat de Worldpay par Vantiv ou celui de Gemalto par Thales, l'année 2017 a été riche de fusions de grande taille sur le Vieux Continent.
Mais les banques font exception, du moins pour l'instant.

Dealogic, l'un des cabinets qui quantifie les "fusacqs", a calculé que les fusions entre banques européennes ont représenté moins de six milliards de dollars en 2017, le chiffre le plus faible en une décennie. En outre, il s'agissait surtout d'établissements en difficulté du Sud de l'Europe. Alors que l'une des opérations citées ci-dessus - la première - porte à elle seule sur une entreprise capitalisant 25 milliards d'euros.

Plusieurs éléments font penser au Financial Times (FT), le quotidien britannique de référence pour ce qui est des affaires, que la situation pourrait changer. Après tout, et même si c'est encore anecdotique, l'année 2017 a aussi été marquée par le lancement par un grand opérateur télécoms, Orange, de sa filiale bancaire Orange Bank. Sans oublier l'intérêt suscité par les "fintechs", ces start-ups financières qui renouvellent certains métiers de la banque déjà marqués par l'essor des banques en ligne à faibles coûts (Boursorama pour Société générale, Hellobank pour BNP Paribas...). Ou encore par les discussions entourant la "blockchain". Bref, voilà qui signale une pression concurrentielle significative. D'ailleurs, BNP Paribas n'a-t-elle pas racheté la "néobanque" Compte Nickel l'année passée ?

Le FT ajoute un élément plus préoccupant : la faiblesse des taux d'intérêt n'a pas l'air décidée à passer, alors qu'elle pénalise les résultats des établissements de crédit. L'octroi de crédits à taux aussi faibles que fixes suppose aussi que ce mouvement est parti pour durer. Prenons les rendements des emprunts d'Etat à dix ans de deux grands pays de la zone euro : en Allemagne, le Bund est passé, en 12 mois, de 0,19 à 0,45%, et en France de 0,67% à 0,80%. Si tension il y a eu, elle demeure modeste et n'a pas mis fin aux taux bas.

Autre élément négatif pour les banques : la pression réglementaire, d'abord en matière de capitalisation après la crise financière de 2008/2009. Quand ce n'est pas l'entrée de l'application, en 2018, de la directive Mifid II visant à mieux informer et protéger le consommateur de produits bancaires. Cité par le FT, un bureau d'études allemand spécialisé dans les questions financières, ZEB, estime que les conséquences de tous ces vents contraires vont faire chuter le taux moyen de retour sur fonds propres des grandes banques d'Europe de 4,1% en 2016 à 1,5% seulement en 2021.

Et le FT d'ajouter cet élément : certes, en zone euro comme aux Etats-Unis, on dénombre une banque pour 50.000 habitants. Mais ce ratio est de 1 pour 170.000 au Royaume-Uni et de presque 1 pour 900.000 au Japon.

Des fondamentaux plus difficiles, davantage de concurrence, et des cours de Bourse bien loin de leurs sommets : le Financial Times se demande donc si les ingrédients nécessaires à une vague de fusions bancaires ne sont pas réunis en Europe. D'autant que les régulateurs de la concurrence semblent bien disposés.

C'est en tout cas l'avis du PDG de la banque française Société générale, par ailleurs président de la Fédération bancaire européenne, Frédéric Oudéa : "à un horizon de dix ans, on peut imaginer que le secteur bancaire comptera moins d'acteurs, des groupes plus importants sur leurs marchés domestiques, et probablement quelques acteurs paneuropéens", a-t-il déclaré au FT. Reste à savoir qui ouvrira le bal. Sachant qu'en France, le secteur est déjà très concentré.

EG


Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.