Accueil > Dossier

Vinci: rumeurs autour d'ADP.

Les aéroports ont vocation à monter en puissance.



Encore des rumeurs autour d'Aéroports de Paris (ADP) : les agences de presse rapportent que Vinci envisagerait de monter au capital de l'opérateur aéroportuaire ADP, au tour de table duquel il est déjà présent. Une manière de rendre enfin significative l'importance de l'activité aéroportuaire, relais de croissance du géant des BTP et des concessions.

Bref rappel des faits : Vinci est un groupe dont le métier historique et très majoritaire, en chiffre d'affaires, est le BTP. Ce que le groupe appelle dans son jargon le Contracting concentrait en 2016 quelque 31,5 milliards d'euros de CA, soit 82,6% de son activité.

Progressivement, Vinci a développé parallèlement un pôle de Concessions centré initialement sur les autoroutes et les parkings. Connexe, ce métier permet notamment d'employer les effectifs de travaux publics pendant la morte saison. Et il est surtout beaucoup plus rentable que le BTP : l'an dernier, le pôle Concessions concentrait près de trois milliards d'euros du résultat opérationnel de Vinci, soit 2,5 fois plus que celui du Contracting et 70,7% du total. En clair, l'essentiel de la valeur de Vinci provient des Concessions.

Or Vinci peine à développer aussi vite qu'avant sa branche autoroutière, le marché français se rapprochant de la saturation. Il est aussi sorti de Vinci Park (les parkings) et a mis le cap sur un nouveau métier dans cette profitable division : les concessions aéroportuaires, activité très dynamique, toujours rentable, et davantage tournée vers l'international.

Pour Vinci, ce nouveau métier n'en est qu'à ses débuts : l'an dernier, il représentait un milliard d'euros de CA, soit moins de 17% de celui des Concessions et moins de 3% de celui du groupe. Sa croissance est la plus forte de toutes les divisions : + 28,6%, dont + 14,2% en organique. En hausse, sa rentabilité est élevée, avec une marge opérationnelle de 34,8%, contre 50,6% pour Vinci Autoroutes.

La croissance interne de Vinci Airports est forte mais pour que l'activité devienne réellement significative, Vinci pourrait envisager une acquisition. Une hypothèse d'autant plus probable que le groupe a déjà pris 8% du capital d'Aéroports de Paris, aux côtés de l'Etat qui contrôle toujours l'opérateur de Roissy et d'Orly. Or le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, semble favorable à une privatisation de sociétés dont ADP pourrait bien faire partie. D'où des rumeurs récurrentes, comme celle relayée hier par Bloomberg sur une vente “par étape” d'actions ADP de l'Etat à Vinci.

En effet, l'an dernier, ADP a enregistré un CA de l'ordre de trois milliards d'euros et dégagé une marge opérationnelle courante de 22,5%. En Bourse, le groupe capitalise plus de 14 milliards d'euros, soit presque autant que la dette financière nette (13,9 milliards d'euros à fin 2016) et les capitaux propres (16,5 milliards d'euros) de Vinci, qui “pèse” presque 47 milliards à la Bourse de Paris.

A suivre sur l'agenda de Vinci : les comptes semestriels, attendus le 28 juillet.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.