Accueil > Interview

interview

 

Conrad Keijzer, DG de Imerys

le 08/05/2019 13:27:00


L'action du spécialiste des minéraux industriels Imerys chutait hier de plus de 14% à la Bourse de Paris. En cause : des comptes trimestriels médiocres associés à un avertissement sur résultats découlant de la présence d'amiante dans certains produits aux Etats-Unis.

Pour ce groupe dont le capital est contrôlé par le holding belge GBL, la période de janvier à mars 2019 s'est terminé sur un CA (retraité d'une déconsolidation) de 1,12 milliard d'euros. En données publiées, la hausse n'est que de 1,1%. Mais en données organiques, le CA a reculé de 0,9%, la hausse des prix (+ 2,7%) n'ayant pu compenser la baisse des volumes (- 3,6%). La direction accuse un "marché difficile, notamment dans les marchés européens de l'automobile, des réfractaires et de l'industrie, et un important mouvement de déstockage en Amérique du Nord."

Bref, la dynamique est peu engageante : en 2018, le "mix prix" d'Imerys a en effet été un peu mieux orienté (+ 3,7%, dont + 3,3% au T4) qu'en ce début d'année, même si le groupe est parvenu à passer des hausses de tarifs face au renchérissement des matières premières. Mais surtout, les volumes se contractent pour le troisième trimestre de suite, et plus fortement encore que tel n'avait le cas au T3 2018 (- 0,9%) et au T4 (- 2,9%).

Le résultat opérationnel courant du trimestre chutant de 15,4% à 109,6 millions, faisant revenir la marge de 11,5 à 9,8%, le groupe annonce de nouvelles mesures d'économies.

Ce n'est pas tout. Imerys revient aussi succinctement dans son communiqué sur un problème industriel survenu aux Etats-Unis : l'arrêt "temporaire" de son usine de wollastonite de Willsboro, qui en 2018 a généré 40 millions d'euros de CA. Ce qui a réduit le résultat opérationnel courant de 3,4 millions d'euros.

Laconiquement, Imerys ajoute en guise de prévisions : "Les opérations à Willsboro devraient reprendre à mi-année. A ce jour, leur impact sur le résultat net de l'exercice en cours est estimé à environ - 25 millions d'euros." Ce qui représente un peu plus de 0,30 euro par action alors que précédemment, le consensus tablait en 2019 sur un bénéfice de 4,66 euros par action Imerys cette année. Or ce chiffre était de 4,50 euro en 2018.

Mais que se passe-t-il exactement à Willsboro ? Dans une note publiée hier matin, le bureau d'études Oddo BHF en donne l'explication : "Imerys a annoncé la fermeture de l'usine de traitement du minerai de Willsboro pour le nettoyage de l'amiante ayant contaminé ses produits à base de wollastonite (Etats-Unis)."

"Rappelons que la wollastonite est un minéral utilisé dans les céramiques, les peintures, les plastiques et les parties de carrosserie", soulignent encore les spécialistes d'Oddo BHF, qui ajoutent : "les tests ont révélé des traces d'amiante et seulement dans certains produits, a indiqué la société et aucune contamination de l'air de l'usine. La mine aurait été fermée par précaution. Selon les articles de presse disponibles, Imerys a été informé du problème cet été par un client."

De quoi inciter à la prudence sur ce dossier, en dépit de sa faible valorisation.

EG

bio

 
 
 
 
 
 

la phrase du jour


"Nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale rehausse ses taux dans un intervalle allant de 2% à 2.25%, mais qu'elle s'abstienne d'envoyer de nouveaux signaux", pronostique Danske Bank.

vos questions a

Posez vos questions à l'une des personnes interviewées dans notre liste.

Vos questions à l'adresse suivante : contact@cerclefinance.com vosquestions@cerclefinance.com
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.