Accueil > Interview

interview

 

Jesús Martin-Garcia, directeur général de GeNeuro

le 18/09/2018 17:01:00

GeNeuro ayant annoncé ce matin reprendre de Servier les droits mondiaux hors États-Unis et Japon sur GNbAC1, son produit dans la sclérose en plaques (Servier renonçant à son option de licence et à la poursuite du financement du développement du GNbAC1), Jesús Martin-Garcia, directeur général de GeNeuro, fait le point sur les perspectives de la société de biotechnologie.

Pouvez-vous rapidement nous rappeler quelle technologie développe GeNeuro ? À quelle étape clinique se trouve votre composé dans la SEP et quelles sont ses perspectives de développement ?

GeNeuro développe une nouvelle approche thérapeutique contre les troubles neurologiques et les maladies auto-immune, notamment la Sclérose en Plaques (SEP) et le Diabète de Type I (DT1), en neutralisant des facteurs causals induits par les rétrovirus endogènes humains, qui représentent 8% du génome.

Notre produit le plus avancé, le composé GNbAC1, est le premier candidat-médicament utilisé en phase clinique ciblant directement une cause potentielle de la SEP. C'est un anticorps monoclonal ciblant spécifiquement la protéine pHERV-W Env dont les effets toxiques semblent jouer un rôle clé dans les composantes neurodégénératives de la maladie.

En mars 2018, GNbAC1 a présenté des données de Phase IIb sur 270 patients montrant que l'administration de GNbAC1 avait un impact positif et cohérent sur la réduction des marqueurs clés de la neurodégénérescence liés à la progression de la maladie. Si de nombreux médicaments existent aujourd'hui pour maîtriser l'inflammation dans la SEP, ils ont des effets modestes à long terme sur la progression de la maladie. Arrêter cette progression reste le grand besoin médical dans la SEP, et le GNbAC1 est une approche novatrice et prometteuse pour répondre à ce besoin.

Ces résultats indiquent que le GNbAC1 pourrait être développé dans toutes les formes de la SEP, en monothérapie pour les patients atteints de formes progressives, et en association avec des médicaments aux effets anti-inflammatoires déjà prouvés pour les formes récurrentes.

À ce jour le potentiel de GNbAC1 reste entier et nous souhaitons poursuivre le développement clinique de ce composé innovant pour apporter une nouvelle solution aux patients atteints de SEP.

Comment s'est passée votre collaboration avec Servier ? Pourquoi ont-ils pris la décision de ne pas poursuivre la phase 3 de l'étude clinique dans la SEP malgré les bons résultats obtenus en phase 2 ?
Servier a été un partenaire exemplaire, qui nous a soutenus il y a 4 ans dans notre stratégie de développement consistant à tester le GNbAC1 en monothérapie pour comprendre le mode d'action de cette nouvelle voie thérapeutique. Grâce à son appui et à son expertise de développement, de la conception de l'étude à l'analyse des résultats, nous comprenons aujourd'hui le bénéfice thérapeutique potentiel et son originalité par rapport aux traitements existants.

Si Servier avait exercé son option, il aurait dû continuer à financer l'ensemble du plan de développement clinique du GNbAC1 dans la SEP, y compris aux USA, où GeNeuro avait toutefois conservé les droits. Nous regrettons de perdre Servier en tant que partenaire, mais comprenons qu'il s'agit d'une décision prise pour des raisons d'orientations stratégiques de R&D et de priorités de développement à l'international, et nous respectons ce choix. Une société comme Servier a des priorités de développement cliniques et géographiques qui peuvent l'amener à devoir arbitrer entre des opportunités.

Cela a été pour nous un privilège d'avoir parcouru ce chemin avec Servier durant les quatre dernières années. Cette décision stratégique n'affecte en rien la relation de confiance que nous avons pu établir avec les équipes de Servier, qui a déclaré vouloir continuer à soutenir GeNeuro en tant qu'actionnaire.

Comment cette décision va-t-elle impacter le développement clinique et économique de GeNeuro ? Etes-vous en discussion avec d'autres acteurs de l'industrie pharmaceutique pour reprendre le rôle de Servier ?
À ce stade de notre développement ce changement stratégique nous ouvre de nouvelles opportunités. Les résultats prometteurs de GNbAC1 dans la SEP témoignent de la valeur scientifique et commerciale de l'innovation développée par GeNeuro.

Depuis l'annonce des résultats cliniques en mars, nous étions déjà en discussion avec plusieurs partenaires potentiels pour la mise en place d'un partenariat de développement de GNbAC1 aux Etats-Unis. Ayant récupéré le reste des droits mondiaux, nous allons pouvoir étendre ces discussions à de nouvelles zones géographiques, en pouvant également envisager une gamme très large de combinaisons de traitement.

Quelles sont les perspectives de GeNeuro suite à cette décision ? Où en est votre pipeline et que pouvons-nous attendre comme nouvelles pour la fin 2018 / début 2019 ?
Outre la continuation du développement de GNbAC1 dans la sclérose en plaques, nous poursuivons aujourd'hui le développement clinique de GNbAC1 dans le Diabète de Type I au travers d'une étude de phase IIa portant sur 60 patients adultes récemment diagnostiqués. Les premiers résultats à 6 mois de cette étude d'une durée totale de 12 mois sont attendus d'ici la fin septembre.

Nous avons aussi d'autres programmes plus en amont, par exemple dans la maladie de Charcot en partenariat avec le NIH américain.

La société est financée pour les 12 prochains mois, en incluant tous les programmes actuellement en cours.

bio

 
 
 
 
 
 

la phrase du jour


"Dans l'ensemble, les marchés résistent plutôt bien vu le contexte et le fait que les actions américaines se payent particulièrement chères", observent les équipes de Saxo Banque.

Précédemment

Jesús Martin-Garcia, directeur général de GeNeuro

le 18/09/2018 17:01:00

Stéphane Boissel, PDG de TxCell

le 21/06/2018 18:39:00

Eric Baissus, Directeur général de Kalray

le 04/06/2018 17:14:00

Théobald Veilleux, Responsable produits de bourse France de Vontobel

le 23/05/2018 17:16:00

Pierre Leurent, Directeur Général de Voluntis

le 23/05/2018 17:15:00

Maurice Tchenio, Président de Amboise

le 08/05/2018 17:23:00

Marc Schillaci, Président et Fondateur de Oxatis

le 18/04/2018 17:43:00

Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement de Pictet AM

le 04/04/2018 11:57:00

Sacha Vigna, Directeur général de Vente-unique.com

le 21/03/2018 16:17:00

Sylvie Petit, Directrice marketing de CNP Assurances

le 21/03/2018 16:16:00

Eric Labbé, Gérant actions européennes de CPR Asset Management

le 19/03/2018 17:27:00

Juliette Cohen, Stratégiste de CPR Asset Management

le 19/03/2018 17:25:00

Nadège Dufossé, Responsable allocation d'actifs de Candriam

le 28/02/2018 14:49:00

Kris Deblander, Gérant de Edmond de Rothschild AM

le 12/01/2018 17:01:00

Jean-Marc Maringe, Gérant de Axa Investment Managers

le 08/01/2018 16:43:00

Stéphane Déo, Stratégiste de LBP AM

le 08/01/2018 16:41:00

Fabrice Plasson, PDG de Amoéba

le 20/12/2017 16:36:00

Stéphane Piat, Directeur général de Carmat

le 12/12/2017 14:57:00

Caroline Roussel-Maupetit, Directrice des opérations de Advicenne

le 29/11/2017 18:23:00

Dag Misselt, Spécialiste des investissements des pays nordiques de BNP Paribas Asset Management

le 28/11/2017 10:18:00

vos questions a

Posez vos questions à l'une des personnes interviewées dans notre liste.

Vos questions à l'adresse suivante : contact@cerclefinance.com vosquestions@cerclefinance.com
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.