Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Taux : la spectaculaire embellie se poursuit, piètres PMI US

(CercleFinance.com) - La spectaculaire embellie que connaissent les bons du Trésor en Europe depuis mardi soir se poursuit : nos OAT effacent -21Pts (!) de rendement à 1,956%, les Bunds -22Pts à 1,4060% et les BTP italiens seulement -16Pts à 3,4700% (c'est fâcheux, le "spread" avec le Bund remonte vers +210Pts).

Les Bonos espagnols se détendent de -19Pts à 2,505% et les Gilts Britanniques se détendent par le même écart (-19Pts à 2,3070%).

Outre-Atlantique, l'embellie est également au rendez-vous avec -13Pts sur le "10 ans" à 3,027, -16,5Pts sur le "5 ans" à 3,065%, -15Pts sur le "2 ans" à 2,906% et -8Pts "seulement" sur le "30 ans" à 3,165%.


Le rendement des emprunts américains prolonge la forte détente de -15Pts de la veille sur l'ensemble de la courbe survenue la veille... en l'absence de chiffres significatifs.
Aujourd'hui, Wall Street retrouve du grain à moudre avec les "PMI" de juin :
la croissance de l'activité du secteur privé américain ralentit sensiblement en juin, à en croire l'indice PMI composite de S&P Global, qui ressort à 51,2 en estimation flash -un plus bas de cinq mois-, après 53,6 pour le mois de mai.
Dans le détail, le PMI des "Services" de juin chute de -2Pts de 53,6 à 51.6, et le "Manufacturing" plonge de 57 vers 52.4.

"Il s'agit de la deuxième plus faible croissance de l'activité depuis juillet 2020, avec une croissance de la production du secteur des services plus faible accompagnée de la première contraction de la production manufacturière en deux ans", précisent les enquêteurs.

Pas mieux en Europe puisque l'indice PMI flash composite de l'activité globale en France a dévissé de 57 en mai verd 52,8 en juin, signalant la plus faible expansion de l'activité du secteur privé français depuis le début de l'année.

Même tendance dans la zone euro où l'indice PMI composite S&P Global s'est replié de 54,8 en mai à 51,9 en juin, mettant ainsi en évidence un deuxième ralentissement mensuel consécutif de la croissance du secteur privé de la zone, selon l'estimation flash.

Cet affaiblissement a notamment résulté d'une détérioration des performances de l'industrie, la production manufacturière ayant diminué pour la première fois depuis deux ans, mais la forte détérioration des performances des services s'est aussi confirmée.

"L'impact du dégel de la demande accumulée lors des périodes de confinement commence déjà à s'estomper, sous l'effet de la brusque augmentation du coût de la vie et de la chute de la confiance des ménages et des entreprises", explique-t-on chez S&P Global.

Enfin, le climat des affaires en France s'est assombri en juin, selon l'indicateur synthétique calculé par l'Insee qui perd 2 points à 104, mais reste ainsi au-dessus de sa moyenne de longue période (100). On tentera de se rassurer avec le baromètre du secteur tertiaire du des "services" qui prend +2Pts à 108.

De son côté, le climat de l'emploi se dégrade de nouveau en juin 2022, pour le troisième mois consécutif : son indicateur synthétique perd deux points à 108, restant nettement au-dessus de sa moyenne de longue période (100).


Copyright (c) 2022 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.