Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: repart de l'avant avec l'inflation en zone euro

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris repart de l'avant après la publication des chiffres mensuels de l'inflation en zone euro.


L'indice CAC 40 progresse de +0,6% vers 5.830 points (nouveau zénith annuel) et porte son avance à plus de 2% pour ce début de mois de mars (après une hausse de +1,5% hier), à la faveur d'une détente sur le marché obligataire qui se confirme après la publication du taux d'inflation annuel de la zone euro.

Il est estimé à 0,9% en février 2021, un niveau stable par rapport à janvier, selon l'estimation rapide d'Eurostat (l'office statistique de l'Union européenne) et ne connait donc pas le genre d'accélération observé aux Etats Unis depuis 2 mois et qui avait mis les marchés obligataires en émoi.

Dans le détail, toujours selon Eurostat, l'alimentation, alcool et tabac devrait connaître le taux annuel le plus élevé en février (1,4%), suivie des services (1,2%), des biens industriels hors énergie (1,0%) et de l'énergie (-1,7%).

Au mois de janvier, l'inflation avait fortement rebondi pour des raisons beaucoup plus "mécaniques" que structurelles, du fait de l'augmentation de la TVA en Allemagne, mais aussi en raison de la remontée des prix de l'essence, qui s'est poursuivie le mois dernier.

Les économistes préviennent que des effets de base vont continuer de pousser l'inflation vers le haut dans les prochains mois, mais jugent que les marchés n'ont nulle raison de s'en inquiéter.

"Tout porte à croire que le thème de l'inflation (va animer) les marchés dans les semaines et les mois qui viennent, réclamant en conséquence des stratégies d'investissement plus subtiles que celles qui prévalaient jusqu'ici", indique-t-on chez Fidelity.

Selon le courtier parisien Exane, des surprises "positives" sur le front de l'activité, mais aussi sur celui de l'inflation, devraient continuer d'alimenter le scénario de reflation sur les marchés.

Pour l'intermédiaire financier, la remontée des rendements obligataires va rester l'un des principaux risques pour la stabilité macro-financière.

"Il sera donc impératif que la Fed pilote la courbe des taux, en amenant le marché obligataire à marquer des paliers de décompression et en prévenant un durcissement durable des taux réels", estime Exane.

"Si tel est le cas (ce que nous anticipons en scénario central), le marché devrait sortir par le haut de la phase de volatilité qui débute et les investisseurs devraient privilégier durablement la "value", en déduit l'intermédiaire.

A la différence des valeurs de croissance ("growth") - principalement issues du secteur technologique - les titres dits "value" se caractérisent par une décote par rapport à leur valeur intrinsèque ou aux multiples de valorisation de leur secteur.

Sur le front des changes, la séance s'avère calme avec un Euro en léger repli face au Dollar (1,2020, soit -0,2%), les taux restent sages avec une OAT à -0,870% (+1Pt symbolique par rapport à lundi), même scénario sur les Bunds à -0,326%.

L'Euro-Stoxx50 affiche +0,5% vers 3.723, en amont d'une séance qui s'annonce indécise à New York (légère consolidation attendue), au lendemain de la plus forte hausse du Nasdaq depuis le 5 juin 2020 (+3,5%).

Wall Street devrait voir son optimisme conforté par la flambée de +8% du titre Zoom qui a surpassé les attentes les plus optimistes.

Du coté des valeurs, Danone (-2%) annonce que son conseil d'administration a décidé de dissocier prochainement les fonctions de présidence et de direction générale, dissociation qui sera effective à la prise de fonction d'un directeur général dont le processus de sélection est lancé.

C'est BNP-Paribas qui sert de locomotive au CAC40 avec +3,5%, loin devant Vivendi et Téléperformance (+2%).

Kering (+1,8%) a annoncé hier soir avoir investi dans Vestiaire Collective en prenant une participation d'environ 5% au sein de la plateforme de mode de seconde main. Le groupe de luxe français indique avoir participé, aux côtés de la société d'investissement américaine Tiger Global Management, à une levée de fonds de 178 millions d'euros (216 millions de dollars) menée par le site de commerce électronique.

Edenred publie au titre de 2020 un résultat net part du groupe en recul de 23,7% à 238 millions d'euros et un EBITDA en baisse de 13,2% à 580 millions (-4,6% en organique) pour un revenu total en retrait de 9,9% à 1,46 milliard d'euros (-2% en organique).

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.