Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: se rapproche des 4350, +2% sur le Nasdaq

(CercleFinance.com) - Le début de séance fut volatile à Wall Street, avec un gain initial de +1,5%, reperdu en 1 quart d'heure, avant que les acheteurs reprennent la main et propulsent le S&P500 à +1,7% et le Nasdaq à près de +2%.


Le Dow Jones traine un peu derrière avec +1,3% du fait de la rechute de Boeing.

A la bourse de Bourse de Paris (-0,4% à 4.330) l'indice CAC40 est bien aidé par la hausse un peu contre-intutive de Total qui s'envole de +5% vers 33E (distribuant au passage un coupon de 0,68E) alors que le baril de pétrole (-8% sur le Brent ce lundi) a inscrit la nuit dernière un nouveau plancher annuel vers 19,9$ sur le "WTI" (-6,5% à New York) en transaction électroniques.

Rappelons qu'en rechutant de 4,2% vendredi, le marché parisien s'était franchement éloigné de la zone des 4.500 points, même si un petit sursaut de Wall Street lui avait permis de préserver un gain hebdomadaire de plus de 7%.

Sachant que cette correction est survenue après une envolée de +24% en une semaine, il n'est guère surprenant d'assister à une phase de digestion d'un rally haussier "sans précédent", estiment les gérants.

"Cette séquence de 'rétropédalage' replace l'indice CAC 40 sur la médiane intermédiaire des 30 jours à 4.350 points, en dessous du niveau d'entrée du gap baissier des 4.420 à 4.650 points.

Partiellement comblé, avant de rechuter, l'objectif haussier de court terme sera de fermer totalement ce gap. Dans la position actuelle, faute d'élan favorable à une poursuite haussière, l'important est de tenir les différents supports majeurs entre 4.350 et 4.250 points, une cassure de ce dernier renverrait l'indice parisien rapidement sur la zone critique des 4.000 points", estiment ce matin les équipes de Kiplink.

Du côté des statistiques, les ventes de maisons individuelles en instance sont ressorties en hausse de +2,4% (contre +0,5% attendu) mais il pourrait ne s'agir que d'une projection et non de la réalité de terrain.

La prudence sur les marchés pourrait être renforcée par les prochains indicateurs économiques qui devraient brosser un tableau particulièrement sombre de l'activité, notamment aux États-Unis.

Les indices ISM des directeurs d'achat pour le mois de mars (qui seront publiés dans les jours qui viennent) devraient s'effondrer, à l'image des indices PMI dévoilés la semaine dernière. Le rapport mensuel sur le marché du travail américain - qui sera officialisé vendredi - pourrait quant à lui faire apparaître des destructions d'emplois en mars, une première depuis 2010.

Sur le front des devises, l'Euro subit un brusque coup d'arrêt après avoir franchi le cap des 1,1150 face au Dollar: il rechute au contact des 1,100$.

Dans l'actualité des valeurs, le coronavirus est bien sûr, une nouvelle fois, mentionné dans tous les communiqués - ou presque.
Les valeurs bancaires se retrouvent franchement sous pression avec -6% sur BNP-Paribas puis -5,5% sur Société Générale ou Crédit Agricole (et Natixis rechute de -9%).

Gros dégagements également sur Airbus qui décroche de -9% et, c'est plus surprenant, sur Engie avec -5%.

Faisant face à d'importantes perturbations opérationnelles liées à l'épidémie de Covid-19, Spie indique suspendre ses objectifs 2020, précisant qu'il "fournira des objectifs actualisés lorsque la situation sera éclaircie".

La Compagnie des Alpes (-5,6%) annonce suspendre ses objectifs de marge d'EBO sur ses deux métiers pour l'exercice 2019-20, communiqués en décembre dernier, jugeant qu'il est prématuré d'estimer l'impact de la situation sur les résultats.

Renault (-4%) informe que, compte tenu de l'impact de la crise sanitaire de Covid-19, toutes ses usines sont désormais à l'arrêt, à l'exception des usines en Chine et en Corée du Sud qui ont repris leur activité ou sont en cours de reprise.

Alstom annonce avoir remporté un contrat pour la fourniture de 30 trains régionaux Coradia Lint à Hessische Landesbahn (HLB), contrat de près de 120 millions d'euros. Ils seront mis en circulation sur le sous-réseau ouest-est Wetterau à partir de 2022.

Tout en ajustant son objectif de cours de 666 à 600 euros, Jefferies réaffirme sa recommandation "achat" sur Kering, présenté comme son "nom préféré" avec Moncler parmi les valeurs européennes du luxe, dans une note sectorielle.

Barclays relève son conseil sur Iliad de "pondérer en ligne" à "surpondérer", avec un objectif de cours rehaussé de 113 à 165 euros, dans une note consacrée au secteur des opérateurs européens de télécommunications.

Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.