Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Wall Street: finit au plus bas le pire mois de son histoire.

(CercleFinance.com) - La séance des "4 sorcières" s'est fort mal terminée à Wall Street : le rebond de +5% des places européennes n'a pu contrebalancer la déferlante de "lockdowns" parmi les 50 états de l'union, dont les très emblématiques Californie et état de New York.

C'est l'Amérique qui se retrouvera presque complètement à l'arrêt, tout comme l'Europe d'ici lundi.

Le S&P500, -4,35% (à 2.304) a inscrit sa pire clôture de l'année 2020, naturellement, mais également la pire depuis fin novembre 2016.
Le "S&P" s'effondre de -15% en hebdo, soit la 4ème pire semaine de son histoire, après le krach de 1929, celui de 1987 puis novembre 2008: le terme boursier de mars se solde aussi par un carnage sans précédent avec -32%.
Le Dow Jones (-4,55% à 19.174) fait pire encore avec -33,5% sur le mois, -16,2% en hebdo.

En terme de terme de désastre boursiers, rien ne surpasse le secteur aérien avec -35% cette semaine, ce qui porte sa désintégration à 2 tiers depuis le 20 février... pire que durant le mois qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001.
Cette fois-ci, les avions pourraient ne pas revoler avant l'été, et la saison du tourisme se trouver complètement obérée par la reprise d'activité de la plupart des salariés et le déroulement des épreuves scolaires et universitaires qui vont se retrouver décalées d'au moins 2 mois (tout repousser à septembre perturberait à son tour le déroulement de l'année 2020/2021).

Le secteur pétrolier semblait lui aussi parti pour une chute voisine de -33% cette semaine mais 2 séances de rebond lui ont permis de limiter la casse.
Les valeurs de croissance sont une fois de plus celles qui s'en tirent le mieux : le Nasdaq a perdu -3,8% à 6.880, soit -12,6% sur le semaine, et -29,5% depuis le 20 février dernier. Il a effacé tous ses gains depuis le 7 janvier 2019, mais pas reperdu l'intégralité de ses gain depuis fin décembre 2018.

S'accrocher à la thématique "croissance" peut sembler un peu anachronique: les Etats Unis pourraient en effet connaître une récession de -15 à -20% au 2ème trimestre.
L'année 2020 est donc "fichue" et les espoirs de hausse du PIB sont reportées à 2021... dans des proportions impossibles à évaluer.

Dans l'intervalle, le département de travail ne fournira plus d'estimation hebdomadaire du chômage: le nombre d'inscrits aurait d'ores et déjà atteint 2,5 millions supplémentaires cette semaine, la semaine prochaine, ce pourrait être 10 fois plus et un quart de la population américaine risque de se retrouver sans activité d'ici mi-avril.
De telles "stats" concernant l'emploi pourraient faire s'effondrer la confiance des ménages... et la consommation.

En ce qui concerne les dégâts économiques en terme de faillite d'entreprises, ils sont très difficiles à évaluer car cela dépend de la durée des mises en quarantaine... et de la disponibilité de masques et de tests permettant d'évaluer l'évolution de la pandémie, afin de permettre dès que possible une vie plus normale, pour les personnes contrôlées "saines".
Ensuite, le réchauffement de l'atmosphère printanier devrait les rendre les conditions de propagation plus défavorables au virus.

Il semble d'ores et déjà acquis que tous le producteurs de pétrole de type "shale oil" ne survivront pas et que l'été sera meurtrier.
L'état leur évitera peut-être le dépôt de bilan immédiat mais extraire un pétrole à 30/35$ ne ferait qu'accroître leurs pertes jour après jour.
Dans les conditions actuelles, fermer les puits, c'est perdre moins d'argent !

Si le Nasdaq a mieux résisté que le Dow Jones, les dégagements n'en ont pas moins été sévères sur Xcel Energy -12,7%, Paychex -10,4%, Paypal -7,5%, Comcast -7,2%, e-Bay -6,6%, Gilead -6,7%, Apple -6,4%, Netapp -6%, Cisco -5,6%, Starbucks -5,5%, Microsoft -3,8%...

Quelques titres ont enfin pu bénéficier de rachats de découvert : United Airlines +15,2%, Marriott +11,7%, Illumina +7,7%, Splunk +2,6%,

La rechute de -10% du WTI vers 23$ n'a pas empêché un rebond de Marathon +13,3%, Williams +6,6%, Halliburton +5,2%, EOG +5%, Conoco +4,9%, Chevron +3,5%... mais Exxon décroche de -5,5%.

Exxon a contribué à faire reculer le Dow Jones, mais pas autant que Walt Disney -9,4%, 3M -9,2%, Coca-Cola et Procter, ou Caterpillar -7,3%.

Le secteur bancaire a également souffert, effaçant une partie des gains de la veille: Goldman Sachs -7,4%, Bank of America -7,2%, Zions Bancorp -6,9%, Wells Fargo -6,8%, Citigroup -4%.

Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.