Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Robertet: ne veut toujours pas entendre parler de Firmenich

(CercleFinance.com) - Entre Grasse et Genève, le courant passe décidément mal.
Robertet, le spécialiste des produits aromatiques français contrôlé par la famille Maubert, a de nouveau donné de la voix contre Firmenich, l'encombrant concurrent suisse qui s'est invité à son tour de table.

Petit rappel des faits : au début de l'automne, un fonds américain présent de longue date au capital, First Eagle Investment Management, est sorti. Et le groupe suisse Firmenich a pris sa place et en date du 11 octobre, était monté jusqu'à 21,6% du capital ainsi que 11,3% des voix. Une participation à comparer avec la participation des Maubert, toujours maîtresse en sa demeure : 47 % du capital, auxquels sont associés 67,5 % des droits de vote.

Voilà qui ne peut que mal disposer les Maubert, et ce n'est pas fini puisque Firmenich accompagne son entrée au tour de table de la déclaration suivante : "l'investissement de Firmenich International dans la société est motivé par sa volonté d'accompagner la croissance de Robertet en tant qu'actionnaire stratégique de long terme, en totale cohérence avec la vision stratégique de Firmenich du marché des parfums et arômes."

Fin septembre, le PDG Philippe Maubert déclarait : "L'indépendance de notre société n'est pas négociable", ce qu'il vient de répéter, mot pour mot, dans un communiqué diffusé hier à la suite de la réunion du conseil d'administration, le 4 décembre.

Sans surprise, l'instance dirigeante de Robertet a unanimement indiqué "qu'aucune discussion avec la société Firmenich sur des points de rapprochement n'a été jugée opportune." Non, c'est toujours non.

Robertet estime qu'il peut très bien poursuivre son existence sans être lié, de près ou de loin, au groupe genevois : "Sans aucun endettement à ce jour, la société a la pleine capacité financière pour se développer sans le soutien d'un concurrent", indique le communiqué, qui insiste sur ce point.

Pire : "Robertet rappelle que Firmenich figure parmi ses concurrents directs. En conséquence le groupe n'envisage pas de lui proposer d'être représenté au conseil d'administration de la société ou de construire avec lui une collaboration qui limiterait sa flexibilité opérationnelle et stratégique", termine le groupe français, qui redoute de voir ses secrets s'éventer.

Voilà qui limite les options de Firmenich, à qui ses 21% du capital risquent de ne pas servir à grand-chose, sinon de placement financier. Est-il bon ? Robertet indique que Firmenich a construit sa position par des "achats d'actions du 26 septembre et 11 octobre", date entre lesquelles le titre Robertet a fluctué entre 666 et 760 euros environ.

Rappelons que l'action Robertet, dopée par l'aspect spéculatif et l'assèchement du flottant, s'est d'abord envolée, au point de culminer à un record absolu de 1.016 euros jusqu'au 2 décembre. Mais depuis, les prises de bénéfices l'emportent, et le titre est retombé ce midi sous les 800 euros. Soit plus de 20% de baisse sur les sommets.

EG

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.