Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Arcure: Interview de Franck Gayraud, DG, par Cercle Finance

(CercleFinance.com) - Franck Gayraud, directeur général d'Arcure, nous présente son entreprise, ses objectifs et ses ambitions, alors que celle-ci a lancé vendredi dernier son introduction en Bourse, sur Euronext Growth Paris.


- Pouvez-vous nous présenter, en quelques mots, Arcure et son activité ? Qui sont ses concurrents ?

Arcure, créée en 2009, est une entreprise industrielle spécialisée sur l'intelligence artificielle appliquée au traitement de l'image pour l'industrie. Nous avons réalisé 7,4 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, dont 54% à l'export. 5.000 Blaxtair ont déjà été vendus dans plus de 30 pays. Nous sommes également une société en croissance puisque nous enregistrons une croissance annuelle de +61% entre 2014 et 2018.

Plus concrètement, nous développons et commercialisons des solutions, associant des capteurs de vision 3D et de puissants algorithmes d'Intelligence Artificielle, embarquées par des engins industriels, pouvant être utilisés dans des environnements exigeants. Arcure commercialise deux solutions. Le Blaxtair, un système anticollision qui allie une vision 3D stéréoscopique de pointe et des algorithmes d'Intelligence Artificielle, basé sur le machine learning, est notre produit phare, fruit de notre expertise industrielle et des technologies de pointe codéveloppées avec le CEA. Sans équivalent sur un marché, dont le potentiel de 3 milliards d'euros par an (1.300.000 véhicules à équiper chaque année), le Blaxtair répond efficacement à l'enjeu crucial de sécurité des piétons évoluant en co-activité avec des véhicules industriels. Oméga, en phase de commercialisation depuis novembre 2018, est un capteur 3D, issue de la technologie développée par Arcure, qui nous ouvre le marché de la robotique industrielle qui, lui aussi, est évalué à 3 milliards d'euros par an.

Notre solution Blaxtair est sans équivalent sur le marché, il n'a donc pas de compétiteur. Omega connaît quelques concurrents mais ce sont pour la plupart des solutions limitées aux applications indoor.

- Le processus d'introduction en Bourse est désormais enclenché. C'était une ambition au moment de la création d'Arcure ?

Depuis la création d'Arcure en 2019, nous avons eu le soutien de fonds de capital-risque qui ont accompagné le développement de nos produits et la phase d'évangélisation nécessaire sur notre marché. Aujourd'hui, nous entrons dans une phase de déploiement à grande échelle et nous avons des objectifs ambitieux. La Bourse nous semble le bon moyen de financement pour obtenir le soutien financier nécessaire à la réussite de ce plan.

De plus, l'introduction en Bourse a un impact de visibilité particulier qui sera un avantage pour nous lors de discussions avec de potentiels partenaires qui sont souvent des leaders mondiaux dans leur secteur, de taille importante et cotées.

- À quoi serviront les fonds de l'introduction en Bourse ?

Les fonds levés seront divisés en deux parties. 60% seront consacrés à l'accélération du déploiement commercial international de l'offre d'Arcure. Nous avons dans ce cadre pour ambition de viser des pays à forte culture industrielle, en Amérique du Nord et en Allemagne principalement. Nous voulons aussi intensifier nos partenariats avec des constructeurs d'engins à travers le monde, à l'image de l'accord que nous avons depuis 2018 avec Jungheinrich, 3ème constructeur mondial de chariots élévateurs, pour une intégration de Blaxtair en option d'usine.

Les 40% restant seront dédiés à la poursuite des efforts de recherche et développement afin d'enrichir sa gamme de produits et service, et permettre à Arcure d'être toujours fort de son avance technologique.

- Au-delà de l'introduction, quelles sont les prochaines grandes étapes de la vie d'Arcure ? Quelles sont vos ambitions à moyen terme, à long terme ?

Nos objectifs à l'horizon 2023 sont clairs. Nous souhaitons accélérer notre déploiement commercial à l'international sur des territoires qui constituent des foyers de croissance pour nous, en Europe, où on peut citer l'Allemagne comme exemple-type de pays ouvrant un marché attractif, ou aux Etats-Unis. Nous souhaitons également développer des partenariats avec les principaux constructeurs d'engins industriels à l'échelle mondiale, comme nous l'avons fait avec Jungheinrich. Nous avons à l'heure actuelle des discussions avec plusieurs de ces constructeurs. Cette feuille de route nous permettra d'atteindre 60 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2023 et un résultat d'exploitation de 25% du chiffre d'affaires.


Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.