Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Iliad: Free à la recherche de la croissance

(CercleFinance.com) - Le statut d'une action n'est jamais acquis, un adage boursier que l'action Iliad, ex-star des valeurs de croissance parisiennes, ne peut que confirmer.


La maison mère de Free avait pourtant façonné le paysage français des télécoms : Free avait d'abord commencé par adopter le "triple play" pour la téléphonie fixe, ce qui combinait le téléphone, le plus souvent illimité, l'accès à Internet (alors de l'ADSL essentiellement) et la télévision. Face au succès rencontré par Free - et ses prix bas - auprès des consommateurs, les autres opérateurs n'ont eu d'autre choix que d'adopter la "norme Free".

En 2012, Free s'est ensuite lancé dans le mobile en réduisant fortement les prix, mettant ainsi un terme au "trio infernal" constitué d'Orange, SFR et de Bouygues Telecom, qui se partageait alors le marché. Et Free de transformer son succès "fixe" dans le "mobile", ce qui lui a longtemps valu le surnom de "trublion des télécoms".

Mais six ans plus tard, le tableau a bien changé : les concurrents de Free se sont adaptés par un mélange de réduction de leurs "points morts" ( des économies), d'innovation et d'investissement technique (par des investissements dans la 4G et la fibre optique), et de recours massif aux promotions et aux prix cassés, ce qui jusqu'alors était l'apanage de Free. Résultat, alors que le marché hexagonal des télécoms ne progresse plus guère dans son ensemble : Orange continue à gagner des clients, ce qui vaut aussi pour Altice Europe (SFR) et Bouygues Telecom.

Mais Free en perd : entre le 31 décembre 2017 et le 30 juin 2018, Free a perdu 47.000 abonnés au "haut débit" fixe, à 6,473 millions de clients, et 70.000 dans le "mobile", à 13,625 millions d'abonnés.

De plus, les prix de vente du fixe, longtemps "l'âne banquier" de Free, se retrouvent sous pression : de 34 euros mi-2017, l'ARPU, le revenu moyen mensuel par client fixe, est tombé à 33,9 euros dès fin 2017, et à 32,8 euros mi-2018. Sur un an, il a donc perdu un euro mensuel par semestre. D'ailleurs, "en raison de l'intensité concurrentielle et de la baisse de la rentabilité des activités fixes", Iliad a abandonné son objectif d'atteindre un solde EBITDA-Investissement "supérieur" à un milliard d'euros à compter de 2020. Il s'agit désormais d'atteindre "environ" ce niveau.

Bref, le chiffre d'affaires mobile progresse à peine et celui du fixe baisse, entraînant une stagnation des ventes semestrielles d'Iliad à 2,4 milliards d'euros (+ 0,1%). Idem pour le résultat net récurrent, quasi-stable à 232 millions d'euros. Exit, donc, le statut de valeur de croissance.

Certes, en France, Free a réagi en lançant des offres commerciales agressives, mais aussi en tentant d'améliorer son "mix produit" afin de concentrer davantage sa clientèle vers les offres les mieux margées. Reste que le marché hexagonal des télécoms est toujours très concurrentiel.

Bien sûr, Iliad vient de se lancer en Italie où il revendique déjà 635.000 clients dans le mobile. Le chiffre d'affaires constaté en Italie a été presque nul (neuf millions d'euros) au premier semestre et devrait donc se concentrer, en 2018, sur la deuxième partie de l'année. En revanche, Free Italie affichait un EBITDA négatif à hauteur de 28 millions d'euros au S1. Reste à savoir dans quelle mesure ce dernier chiffre parviendra, une fois les coûts de lancement derrière nous, à passer dans le vert.

EG



Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.