Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

GTT: toujours en hausse après son contrat de 'bunkering'.

(CercleFinance.com) - Certes, depuis le début de l'année, l'action Gaztransport & Technigaz (GTT) est toujours en retard de plus de quatre points de pourcentage sur le SBF 120, avec une hausse de 9%.
Reste que l'annonce d'un premier contrat dans son activité de diversification, le "bunkering", a fait grimper le titre de 5,1% hier et d'encore 3% ce midi. L'action GTT tient ainsi la tête des plus fortes hausses de l'indice large parisien.

Hier en effet, le bureau d'études a annoncé un contrat un peu spécial. Rappelons que GTT est historiquement un concepteur de systèmes de membranes permettant le stockage et le transport du gaz naturel liquéfié (GNL), principalement à bord des méthaniers. Ce groupe français dont Engie détient 40% du capital occupe une position dominante sur ce marché. Or ces derniers temps, comme la flotte mondiale de méthaniers donnait des signes de suroffre, les "freight rates" (tarifs de location, en gros) des méthaniers se sont effondrés, repoussant à plus tard certaines commandes de navires.

Pas d'amélioration de ce point de vue : le carnet de commandes de GTT est tombé à 86 équipements (dont 70 pour des méthaniers) en date du 30 septembre, soit son plus bas niveau depuis l'IPO du groupe, en février 2014. Rappelons que cet indicateur avait culminé, en mars 2015, à 129 équipements en commande. Même s'il semble stabilisé désormais, avec 87 unités au T1 2017 puis 88 au T2.

En attendant mieux du côté des méthaniers, GTT a enregistré un premier contrat important dans une activité de diversification qui, jusqu'alors, ne donnait pas de signe vraiment encourageant : le "bunkering", soit la propulsion des navires grâce au gaz naturel liquéfié - GNL - en remplacement du fuel lourd, très polluant.

Bref, GTT va concevoir les réservoirs de "GNL carburant" d'une capacité unitaire de 18.600 m3 pour neuf porte-conteneurs armés par CMA CGM qui seront livrés entre fin 2019 et fin 2020. Ces réservoirs développés par GTT seront construits par le chantier naval chinois Hudong-Zhonghua Shipbuilding. "Cette commande est historique, elle marque le basculement de l'industrie des porte-conteneurs dans le monde des carburants propres", s'est félicité le PDG, Philippe Berterottière.

Les analystes financiers sont eux aussi enthousiastes : chez Portzamparc, le bureau d'études spécialisé dans les "smidcaps", on salue cette "première commande dans le 'GNL carburant' pour GTT, qui ciblait ce marché depuis plusieurs années".

Les analystes estiment aussi qu'avec ce contrat, GTT renforce sa crédibilité dans le "bunkering" et réduit sa "dépendance aux chantiers sud-coréens" avec lesquels il travaille le plus souvent. Le groupe devrait aussi pouvoir "combler partiellement le creux de CA 2019", ajoute Portzamparc, qui relève son conseil sur le titre à "renforcer", et sa cible de 45,6 à 47,9 euros.

Chez Société générale, toujours à l'achat sur la valeur en visant un objectif de cours de 53,5 euros, l'opinion développée est proche : "la technologie de GTT semble optimale pour les grands réservoirs, soit ceux supérieurs à 10.000 m3", souligne une note

Or "le marché de la propulsion au gaz GNL devrait décoller", puisqu'il devient intéressant à plus de 60 dollars le baril de Brent, ajoutent les spécialistes. En effet, les armateurs doivent trouver une alternative au fuel lourd en raison de futures contraintes environnementales.

Autre enseignement tiré par SG de ce premier contrat : en matière de "bunkering", "l'offre de GTT est compétitive". Même si "sachant que les réservoirs de propulsion au GNL sont plus petits que ceux des méthaniers GNL, nous estimons raisonnable de supposer que GTT pourrait générer une marge plus faible par réservoir", suppute encore SG.

Quoi qu'il en soit, affirme SG, "nous estimons que la perception des investisseurs est sur le point d'être revue significativement à la hausse et le cours du titre pourrait être de plus en plus soutenu par la valeur perçue de l'option croissance du marché de la propulsion au GNL". A condition de n'être pas trop pressé : "il existe un potentiel de croissance significatif qui pourrait selon nous transformer le groupe entre 2023 et 2028", pronostique la note.

En attendant, rappelons que GTT, qui a pour politique de reverser 80% de son copieux bénéfice net (colossale, sa marge nette est de l'ordre de 50%), a détaché un acompte sur coupon 2017 de 1,33 euros à la fin du mois de septembre, à comparer avec un bénéfice par action semestriel de 1,65 euro.

En vue sur l'agenda de GTT : les comptes annuels de 2017, attendus au soir du 16 février prochain.

EG




Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.