Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: clôt à l'équilibre après de larges oscillations

(CercleFinance.com) - Après avoir oscillé entre 7089 pts (son plus haut du jour) et 6983 points au plus bas, la bourse de Paris achève finalement sa course là où elle l'avait arrêtée hier, à 7042 points (-0,03%).
L'E-Stoxx50 est également proche de son point d'équilibre à 4282 points (-0,06%).

La stabilité est aussi de mise sur le S&P 500, tandis que le Nasdaq grappille 0,1 % et le Dow Jones cède 0,2 % : la tradition de la hausse de Wall Street (9 fois sur 10) avant le pont de Thanksgiving est - pour l'instant - largement démentie.

Ce sont surtout les taux qui posent problème car les indices boursiers se sont parfaitement accommodés des 3ème et 4ème vagues, battant des records en série malgré des conditions sanitaires qui inquiétaient les autorités.

Les taux longs US n'en finissent plus de monter depuis lundi, avec un "10 ans" qui renoue avec ses récents sommets (1,680%) et le "30 ans" refranchit la barre symbolique des 2,00% (à 2,0320% contre 1,88% il y a une semaine).

Wall Street est confronté à un déluge de chiffres (tout est regroupé ce mercredi, les marchés étant clos demain et vendredi étant semi-férié).

Le dernier publié concernait le moral des ménages américains et il est mauvais : l'indice de l'Université du Michigan est tombé en novembre à 67,4 (révisé de 66,8), un plus bas de presque 10 ans, principalement en raison de la remontée brutale de l'inflation (après 71,7 en octobre).

La composante des anticipations des consommateurs est également revenue à 63,5 contre 67,9 en octobre, tandis que celle des conditions actuelles s'est inscrite à 73,6, bien en-dessous des 77,7 du mois précédent.

"Ce déclin est dû à la conjugaison d'une remontée rapide de l'inflation couplée à l'absence de politiques fédérales permettant d'en limiter les conséquences sur le budget des ménages", explique Richard Curtin, l'auteur de l'étude.

Les dépenses de consommation des ménages ont cependant augmenté de 1,3% en octobre par rapport au mois précédent aux Etats-Unis, d'après le Département du Commerce, leurs revenus ont progressé de 0,5%.

Le sous-indice le plus surveillé -l'indice des prix PCE- s'est accru de 0,6 point à +5% en octobre, et de 0,4 point à +4,1% hors énergie et alimentation... le plus fort taux depuis 30 ans (de quoi plomber le marché obligataire).

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis progressent de +0,4% au mois d'octobre 2021, pour représenter un volume annuel CVS de 745.000, contre 742.000 en septembre.

Le prix médian des ventes de logements neufs s'est établi à 407.700 dollars. A 389.000 à fin octobre, le stock de logements neufs prêts à la vente représente 6,3 mois au rythme d'écoulement actuel.

Autre chiffre très "robuste", les inscriptions au chômage (semaine du 14 au 20 novembre) ressortent en forte baisse, avec un basculement assez inattendu sous les 200.000 (à 199.000), soit une chute de -70.000 du nombre d'inscrit alors que le consensus tablait modestement sur -10.000, vers 260.000.

Autre bonne surprise : la balance commerciale US affiche un déficit qui se contracte spectaculairement en septembre, à 82,9 Mds$ contre 97 Mds$ en août.

Deux autres chiffres du jour n'étaient pas de nature à peser sur les marchés obligataires : la croissance américaine est "revue à la hausse" de +0,1% à 2,1% (plus petit écart mesurable) et les commandes de bien durables se contractent de -0,5%, déjouant un consensus qui visait un rebond de +0,2% (après -0,4% en septembre).

Le point d'orgue pour Wall Street retentira ce soir à 20H avec le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale : il pourrait apporter de précieuses indications sur l'avancement des débats dans la perspective d'une accélération du "tapering" (réduction des rachats d'actifs de la Fed), voire d'éventuelles hausses de taux.

En Europe, les investisseurs ont pris connaissance ce matin de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne. En baisse (-1,2Pt) pour le cinquième mois consécutif, il ressort à 96,5 au titre du mois en cours, à comparer à 97,7 pour octobre, baisse qui concerne à la fois l'évaluation de la situation actuelle (à 99) et les perspectives (à 94,2).

"Le secteur manufacturier souffre car les problèmes d'approvisionnement en provenance de Chine se poursuivront en raison de la stratégie zéro coronavirus", explique Commerzbank, qui s'attend au mieux à une stagnation de l'économie allemande cet hiver.

"La baisse de l'indice suggère que l'économie allemande était en difficulté avant même le récent durcissement des restrictions Covid. Les choses seront bien pires en décembre alors que les restrictions de Covid sont renforcées", prévient-on chez Capital Economics.

En France, l'Insee indique que le climat des affaires s'est à nouveau amélioré en novembre : l'indice gagne deux points, à 114, dépassant son niveau de juin et restant largement au-dessus de sa valeur d'avant la crise sanitaire (106).

Cette nouvelle amélioration du climat des affaires tient principalement à la hausse des soldes d'opinion concernant l'activité et les effectifs passés dans les services, ainsi qu'à l'amélioration des carnets de commande étrangers dans l'industrie.

Sur le front des devises, le Dollar repart de plus belle à la hausse : après s'être stabilisé 24H entre 1,1220 et 1,125/E (après -10% depuis le 6 janvier), il gagne plus de 0,5% face à l'Euro pour un nouveau record annuel à 1,1190: un avantage pour nos exportatrices, un handicap pour les entreprises américaines.

A noter en Europe la formation d'une coalition gouvernementale en Allemagne, qui sera mené par un chancelier SPD avec l'appui des libéraux du FDP et des "verts" qui continuent d'exclure le nucléaire du "mix énergétique" (redevenu très carboné après la fermeture de toutes les centrales).

Dans l'actualité des valeurs françaises, EDF annonce avoir lancé avec succès, le 23 novembre, une émission d'obligations vertes senior à échéance au 29 novembre 2033 libellées en euros, pour un montant nominal de 1,75 milliard d'euros et avec un coupon fixe de 1%.

Dassault Systèmes a annoncé que sa plateforme collaborative 3DExperience avait été retenue par le groupe vinicole espagnol Familia Torres afin de transformer ses procédés de développement sur son site principal, situé non loin de Barcelone.

L'AMF a déclaré conforme le projet d'offre publique d'achat (OPA) visant les actions Europcar Mobility Group, déposé par Bank of America Europe DAC (succursale en France) et BNP Paribas, agissant pour le compte de Green Mobility Holding.

Enfin, Capgemini a fait savoir aujourd'hui que trois hôpitaux espagnols avaient recours à l'une de ses solutions d'intelligence artificielle afin d'améliorer la rapidité et la précision du dépistage du Covid-19.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.