Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Taux: beaucoup de volatilité depuis 48H, sans lien avec BCE

(CercleFinance.com) - Le communiqué final de la réunion de la Banque centrale européenne puis la conférence de presse de Christine Lagarde furent 2 "non-événements", ce qui était en réalité un peu le scénario espéré par les marchés

Christine Lagarde confirme le statu quo : zéro décision monétaire, zéro annonce, et la confirmation que les pressions inflationnistes seront plus durables qu'anticipé (hausse des prix de l'énergie oblige) mais retomberont comme prévu vers 2% en 2022.

.. donc pas de raisons de changer de stratégie pour l'instant.
La fin du PEPP est bien prévue pour mars 2022, que l'enveloppe de 1.850Mdse ait été ou non intégralement absorbée, aucune hausse des taux ne figure dans l'agenda dans un avenir prévisible.

Message reçu 5/5, par les bourses du vieux continent qui ont repris leur marche en avant après une entame de semaine hésitante : la BCE demeurera accommodante, la priorité étant le soutien à la croissance, parfois mise à mal par certaines pénuries (l'Allemagne a fortement revu à la baisse ses objectifs de PIB ces dernières semaines, autour de +2% quand la France table toujours sur +6,5%).

Les marchés obligataire font preuve d'une apparente nervosité depuis 48H avec des écarts assez spectaculaires dans les 2 sens: forte détente mercredi, nette tension ce jeudi +4,5 sur les Bunds à -0,133%, +5,3Pts sur nos OAT (à 0,222%) et les Bonos (à 0,527%), et l'écart atteint même +11,5Pts sur les BTP italiens (à 1,004%) qui se dégradaient même jusque vers 1,0500%, repassant pour la 1ère fois au-dessus du rendement des "Gilts" (1,0150%) pour la 1ère fois depuis 6 mois.

Mais il faut relativiser cette chute des bons du Trésor puisqu'ils s'étaient détendus la veille de -6 à -7Pts de base, sans beaucoup d'explication, sinon le rééquilibrage des portefeuilles en fin de mois, alors que les actions avaient pris beaucoup d'avance (+4% sur le CAC40) : sur 48H, on peut désormais parler de statu-quo.

Autre temps fort de la journée, les investisseurs ont pris connaissance à 14h30 de la première estimation de la croissance américaine de troisième trimestre: le PIB des Etats-Unis s'est fortement contracté de +6,7% vers 2% au troisième trimestre 2021 en rythme annualisé, d'après la toute première estimation du Département du Commerce.

A titre de comparaison, Jefferies ne craignait qu'un ralentissement à un taux de 3,8%. Cette décélération de la croissance économique est attribuée par le Département du Commerce à un ralentissement des dépenses de consommation des ménages, conséquence logique de la diminution des aides gouvernementales dès la fin août.

L'autre chiffre du jour, c'était les inscriptions aux allocations chômage qui ont diminué de -10.000 la semaine du 18 octobre aux Etats-Unis pour s'établir à 281.000 contre 291.000 (plus faible niveau enregistré depuis mars 2020).
Les T-Bonds se retendent de +5Pts, vers 1,5800%, le verdict de la FED tombera d'ici 4 séances et Wall Street se prépare à l'officialisation du "tapering" dès ce mois de novembre, voir au calage de futures hausse de taux dans le calendrier 2022.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.