Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: en recul dans le sillage de New York

(CercleFinance.com) - Le CAC40 termine la séance dans le rouge (-0,82%) alors que le Nasdaq -stable initialement- subit une nouvelle vague de dégagements (-2%).


La Bourse de Paris avait effacé vers 15H ses -1,2% initiaux et le CAC40 se dirigeait vers un 5 sur 5 à la hausse, pour un gain hebdomadaire de +2%. Il termine la séance en baisse avec un gain hebdo de 1,5%.

L'Euro-Stoxx50 est de nouveau négatifs, alors que les taux longs US affichent désormais 1,565% de rendement après la publication d'un "NFP" bien plus vigoureux qu'attendu.


Le Département du Travail américain indique que l'économie américaine a généré 379.000 emplois non agricoles en février, des créations largement supérieures aux 200.000 attendus, tandis que le taux de chômage a diminué de 0,1 point à 6,2%, alors qu'il était attendu en petite hausse.

Le taux de participation à la force de travail s'est maintenu à 61,4%. Le secteur privé a créé +465.000 emplois, la plupart des créations de postes ont été enregistrées dans les loisirs et l'hôtellerie.

Par ailleurs, les chiffres des deux mois précédents ont été révisés, de -227.000 à -306.000 pour décembre 2020 et de +49.000 à +166.000 pour janvier, soit une révision en hausse totale de 38.000 sur cette période.

Le déficit de la balance commerciale des Etats-Unis s'est aggravé de 67 milliards de dollars (chiffre révisé) en décembre 2020 à 68,2 milliards de dollars en janvier 2021.

Si les analystes avaient anticipé cette tendance, le creusement s'avère un peu plus important que prévu.

Cette dégradation de 1,9 % d'un mois sur l'autre traduit une augmentation de 1% des exportations, à 191,9 milliards de dollars, tandis que les importations ont progressé de 1,2 %, à 260,2 milliards de dollars.

Les investisseurs seront à l'affût de tout signe d'accélération des créations de postes, même s'ils réalisent qu'il reste encore un long chemin à parcourir avant un retour à la normale sur le marché du travail compte tenu de la situation sanitaire.

Jerome Powell n'a pas su rassurer les investisseurs hier soir en confirmant l'approche décontractée de la Fed face au risque inflationniste qui constituerait selon lui une menace surestimée.

Conséquence, les taux longs américains se sont enflammés et avaient crevé leurs plafonds hier soir (1,568%), le rendement de l'emprunt américain à 10 ans ayant franchi le fameux seuil psychologique des 1,50%, pour s'établir à près de 1,62% peu après le "NFP".

Les marchés de taux européens sont moins contaminés, avec un rendement des Buns allemands qui se tend à peine autour de -0,31% tandis que celui des OAT françaises s'établit à -0,05%.

L'un des effets les plus spectaculaires des chiffres du jour se lit sur le FOREX avec un Dollar qui bondit de +0,6% vers 1,1910/1,1895/E.

Le pétrole "WTI" continue de s'envoler de +2,2% vers 65,6$, au plus haut depuis avril 2019 (les sommets de janvier 2020 sont surpassés).

Devant le mouvement de rotation sectorielle, qui affecte principalement les valeurs de croissance (du Nasdaq et du Russell-2000), les investisseurs devraient continuer à privilégier les valeurs industrielles, les matériaux de base et les financières, une tendance qui a jusqu'ici bénéficié au marché parisien.

Pour les analystes techniques, le dépassement des seuls des 5.850 et 5.880 points pourrait d'ailleurs mener l'indice CAC 40 en direction du palier intermédiaire des 5905 points, l'un des derniers remparts avant un retour possible au-delà des 6000 points.

Du coté des valeurs, Total affiche l'une des plus fortes hausses du CAC40 avec +1,2% (au-delà des 41E, dans le sillage du pétrole) après Véolia (+1,6%).

Dassault Aviation a publié ce matin pour 2020 un résultat net ajusté en chute de 51% à 396 millions d'euros et une marge opérationnelle ajustée en recul à 4,8% (contre 10,4% en 2019), pour un chiffre d'affaires en baisse de 25,2% à 5,49 milliards.

Bolloré enregistre un résultat net part du groupe de 426 millions d'euros, en hausse de 79 %. Le résultat net atteint pour sa part 1,56 milliard d'euros (+11%), un chiffre qui n'intègre pas de plus-value sur la cession, le 31 mars 2020, de 10 % du capital d'UMG, précise le groupe.

Credit Suisse réaffirme son opinion "surperformance" sur AXA avec un objectif de cours rehaussé de 24,5 à 26 euros, voyant "du potentiel significatif de progression de la valorisation après les résultats de 2020".

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.