Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: la divergence Europe/Etats-Unis de nouveau à l'oeuvre

(CercleFinance.com) - Etrange trou d'air de dernière minute sur les places européennes : le CAC40 affiche -0,6% vers 4.
803 alors que le score était voisin de 4.820 à 17H29.

C'est d'autant plus inattendu et incompréhensible qu'il n'y a pas trace du moindre fléchissement des indices US entre 17H30 et 17H35: c'est même tout le contraire puisque le Dow Jones amplifiait son avance de +1,4% vers +1,6% (et même +1,7% à mi-séance), le Nasdaq grimpait de +1,3% vers +1,5% (il réduisait un peu son gain vers +1,25% à 19H).

Une sorte de phénomène de vases communicants... ou d'ultimes "arbitrages" techniques de fin de mois/trimestre incompréhensibles pour le commun des mortels ?
En tout cas, une fois de plus, et en accéléré, c'est un saisissant exemple de divergence entre l'Europe et Wall Street (+10% pour le Nasdaq, -2,5% pour le CAC sur 3 mois, et même +31% pour le Nasdaq-100 et -19,5% pour le CAC sur 9 mois, soit un différentiel jamais vu de plus de 50% de part et d'autre de l'Atlantique).

Même phénomène de dernière minute sur l'E-Stoxx50 qui est passé de -0,24% à -0,64% à 17H35 (et qui perd ainsi -1,3% sur le trimestre écoulé).

Wall Street a nettement accéléré sa hausse vers 16H après la publication d'une hausse record de +8,8% des promesses de ventes de logements en septembre contre +5,9% au mois d'août (le consensus tablait sur un ralentissement à +3,4%).

Les indices boursiers étaient en léger repli ce mercredi matin au lendemain du premier grand débat télévisé entre les deux principaux candidats à l'élection présidentielle américaine... où l'une des phrases les plus marquantes fut prononcée par Trump : "le résultat des élections pourrait ne pas être connu avant plusieurs semaines" (suggérant qu'il pourrait ne pas se plier au verdict des urnes pour soupçon de fraude électorale).

Selon un sondage CNN réalisé par l'agence SSRS, c'est Joe Biden qui a emporté le premier duel télévisé en vue du scrutin du 3 novembre, 60% des téléspectateurs lui accordant la victoire contre 28% pour Donald Trump, et 12% optant pour un match nul.

"Dans un débat houleux qui s'est révélé plein d'invectives, il n'est pas clair que le président Trump ou le vice-président Biden ait réussi à changer le cours des élections hier soir", selon les analystes de la Deutsche Bank.

Cette dernière séance du mois de septembre a été animée par de nombreuses publications d'indicateurs macroéconomiques, avec entre autres les chiffres du chômage en Allemagne (en recul de -0,1% à 6,1%).

Emploi toujours, mais outre-Atlantique: le secteur privé aux Etats-Unis a créé 749.000 emplois en septembre, un chiffre de 20% supérieur aux attentes (630.000) selon l'enquête mensuelle publiée mercredi par ADP (après les 481.000 postes créés en août).

Les chiffres officiels des créations d'emplois pour le mois de septembre -le NFP- seront dévoilés vendredi par le Département du Travail porteront, eux, à la fois sur le secteur privé et le secteur public: les économistes s'attendent à 850.000 créations d'emplois non-agricoles après les 1,37 millions annoncées pour le mois d'août (un score qui soulève beaucoup de questionnements).

En ce qui concerne le PIB, l'économie américaine s'est finalement contractée un peu moins que prévu au deuxième trimestre (-31,4% au lieu de -31,7%) d'après la troisième estimation du Département du Commerce.
Pour mémoire, la croissance aux Etats-Unis était ressortie à 5% au premier trimestre.
L'indice des prix "core PCE" - très suivi par la Réserve fédérale américaine - ressort lui en baisse de 1,6%, dont un repli de 0,8% hors alimentation et énergie.

Ces statistiques ne devraient pas manquer d'alimenter le débat sur la conduite de la politique monétaire et la nécessité de nouvelles mesures de soutien budgétaire aux Etats-Unis.

En Chine, l'indice des directeurs d'achat (IDA) pour le secteur non manufacturier s'est établi à 55,9 en septembre, en hausse par rapport à 55,2 en août, a déclaré mercredi le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

"L'économie chinoise profite de la réouverture du reste du monde", commente un analyste. "L'épidémie n'est plus semble-t-il qu'un lointain souvenir", souligne-t-il.

Ce solide indicateur n'a cependant pas bénéficié aux places boursières asiatiques, puisque l'indice CSI 300 des principales valeurs cotées à Shanghai perdait 0,4% mercredi, tandis que le Nikkei de Tokyo lâchait 1,4% en fin de séance.

Du coté des valeurs, c'est Total qui sert de locomotive au CAC40 avec +3%; Alstom affiche symétriquement le plus lourd repli avec -3,6%.
Les foncières bénéficient de rachats à bon compte avec Klépierre à +9,5%, Mercialys à +6,3%, Unibail R.W à +5,6%.

Veolia a décidé d'améliorer sa proposition afin de présenter la meilleure offre possible. Le groupe améliore le prix de sa proposition d'acquisition des 29,9% de Suez (+6%) auprès d'Engie (+1,2%) en le portant à 18 E par action (coupon attaché).

Le Conseil d'administration de Suez s'est réuni aujourd'hui. " Il a constaté que les propositions faites ce-jour par Veolia restent floues et qu'elles ne garantissent pas l'intérêt des actionnaires et parties-prenantes " indique le groupe.

Bouygues annonce le succès du placement de 11 000 000 d'actions Alstom représentant environ 4,8% du capital social. A l'issue du dénouement de la vente à terme, Bouygues détiendra une participation d'environ 9,7% du capital social d'Alstom.

Europcar Mobility Group bondit de +20% sur l'annonce la signature d'une nouvelle alliance stratégique avec Routes Car Rental, un des principaux acteurs de la location de véhicules au Canada.



Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.