Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Renault: vers une diminution des interférences d'Etat.

(CercleFinance.com) - Le tour de table de Renault a évolué : de près de 20% du capital jusqu'à hier, la présence de l'Etat est revenue à son niveau antérieur, vers 15%.
Ce qui devrait laisser la direction du constructeur automobile plus libre de ses mouvements.

Hier, en effet, l'Agence des participations de l'Etat a annoncé le placement de 14 millions d'actions Renault, soit environ 4,7% du capital, moyennant 1,21 milliard d'euros. Ce qui place le prix unitaire de l'opération aux alentours de 86,4 euros, soit 20 centime de décote sur le dernier cours de l'action Renault hier soir. L'Etat affirme avoir réalisé une plus-value limitée de 55 millions d'euros.

Cette participation complémentaire avait été acquise par l'Etat en 2015, lorsqu'Emmanuel Macron était ministre de l'Economie, "dans le but d'obtenir des droits de vote double. Ce qui avait provoqué une crise avec le groupe, notamment en raison des récriminations de Nissan", dont Renault est le premier actionnaire, rappellent les analystes d'Aurel BGC ce matin.

Bref, deux ans et demi plus tard, et alors que M. Macron est devenu président de la République, voilà l'Etat français revenu à 15,01% des parts. L'Etat inscrit cette cession dans le cadre de son projet de cession d'actifs d'un total de dix milliards d'euros.

Chez Renault, on considère que cette opération n'est pas seulement financière, mais a aussi des conséquences stratégiques : "Cette cession marque le soutien de l'Etat actionnaire au renforcement de l'Alliance (Renault-Nissan) et s'opère dans un climat de confiance consolidé entre Renault et son actionnaire principal", commente d'ailleurs le groupe ce matin. En clair, tout en restant un actionnaire important, l'Etat pourrait se montrer moins interventionniste qu'il ne l'a été.

Certes, commentent les analystes de Barclays Capital (BarCap), cette décision avait été anticipée de longue date. Il n'en reste pas moins qu'elle supprime un "risque sensible" pour Renault, jugent les spécialistes. Les analystes auraient espéré que Renault rachète davantage des titres cédés par l'Etat, puisque le constructeur n'en a repris que 1,4 million en vue de ses offres à ses salariés, soit 10% du placement.

Mais "nous pensons que l'exposition de Renault à des marchés émergents qui se reprennent et son mix produits attractif placent le groupe dans une situation favorable pour accroître ses bénéfices", termine BarCap, toujours à l'achat sur la valeur. En visant 101 euros.

EG


Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.