Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Ipsen: toujours boudé par les boursiers

(CercleFinance.com) - En dépit du rebond qui porte la Bourse de Paris, l'action de la "pharma" Ipsen continue à faire bande à part.
Alignant les séances de baisse, elle perd encore 2% ce midi, où elle est la lanterne rouge de l'indice SBF 120. Sa baisse frôle ainsi les 35% sur un an, soit une sous-performance de l'indice pré-cité de 30 points de pourcentage. D'autant que retombé vers vers 93 euros, ce titre est retombé à ses plus bas niveaux depuis le printemps 2017.

Pourtant, les derniers comptes présentés par la "pharma" semblent plutôt avenants : la croissance organique des ventes a atteint 14,3% au 1er semestre 2019, tirée par la division de médecine de spécialité. Le "résultat opérationnel des activités" a fait mieux et porté la marge correspondante de 30,3 à 31,5%, pour un bénéfice net en hausse de l'ordre de 20%. Sans oublier un relèvement de la prévision de croissance organique sur l'ensemble de 2019 de 13 à 14%, pour une marge toujours attendue à 30%.

Rappelons que le groupe a bouclé mi-avril une acquisition importante : celle de Clementia Pharmaceuticals, qui renforce son exposition aux maladies rares.

Mais en Bourse, rien n'y fait. Aux yeux des investisseurs, le "risque générique" semble prendre le pas sur toute autre considération. Le principal porte sur le "blockbuster" Somatuline, traitement contre l'acromégalie qui, selon Morgan Stanley, concentrera 43% du résultat brut d'Ipsen en 2019 ainsi qu'environ 30% de la croissance entre 2018 et 2023. Jusqu'alors, son principal concurrent était Sandostatin, médicament du groupe suisse Novartis dont des génériques sont maintenant attendus en Europe. En effet, le "génériqueur" Teva a obtenu récemment l'autorisation réglementaire d'en lancer un dans l'UE, menace qui devrait donc se concrétiser à court ou moyen terme. Oddo BHF l'attend d'ailleurs "au second semestre".

Par ailleurs, un autre produit phare du groupe, l'anticancéreux Decapeptyl, est plutôt ancien. Il ne croît plus guère mais constitue, toujours selon Oddo BHF, une "vache à lait" appréciable.

Dans ce contexte, les succès cliniques du groupe et l'acquisition de Clementia sont relégués au second plan. Alors même que nombre de bureaux d'études, d'UBS à Oddo BHF en passant par Morgan Stanley, affichent des objectifs de cours voisins de 130 euros sur le dossier.

Autre analyste positif : Portzamparc, qui ce matin a intégré le titre Ipsen dans la liste de ses valeurs préférées pour le mois d'août. Les spécialistes estiment le "risque générique sur Somatuline (est) limité à environ 15% du marché, et (qu'il n'interviendra) pas avant 2020/2021". De plus, ils mettent en avant la "protection brevetaire toujours active aux Etats-Unis (50% des ventes) jusqu'en 2021 pour la principale indication" du médicament, les tumeurs neuroendocrines. Ainsi que les avancées du groupe en matière d'oncologie, de neurosciences et de maladies rares.

Bref, termine Portzamparc, le titre qui présente une décote de l'ordre de 20% sur les valeurs comparables devrait connaître un "rattrapage". A l'achat, les spécialistes visent 134 euros.

EG




Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.