Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Devises: forte hausse pour l'euro/dollar en 2017

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne est bien partie pour aligner trois séances de hausses consécutives face à sa contrepartie américaine, et se traite à son plus haut niveau en trois mois environ.
En hausse de 0,31% ce midi, à 1,1976 dollar, l'euro s'est pour l'heure apprécié de presque 14% contre le billet vert depuis la fin de l'année 2016.

Parallèlement, l'euro reste pratiquement neutre, par rapport à la veille, contre le yen, le franc suisse, et le sterling. Soit, depuis la fin de l'année dernière, des appréciations de respectivement 9,5%, 9% et 4%.

Et pourtant, en début d'année, l'euro semblait se diriger vers la parité parfaite avec sa contrepartie américaine, ce qui était d'ailleurs anticipé par nombre de spécialistes. Mais il n'en a rien été, surtout pas en cette fin 2017 où le Congrès des Etats-Unis vient pourtant d'adopter la réforme fiscale promise par le candidat Donald Trump. De ce fait, dès le 1er janvier 2018, les prélèvements obligatoires vont sensiblement diminuer outre-Atlantique.

Les cambistes retiennent cependant que cette baisse massive d'impôts, qui survient alors que l'économie américaine est en haut de cycle et que le taux de chômage se limite à 4,1%, n'est pas ou peu financée. Elle devrait donc accroître sensiblement la dette fédérale, qui représente déjà 103,8% du PIB des Etats-Unis.

Du côté monétaire, la banque centrale américaine a accéléré le durcissement de sa politique monétaire en 2017, en alignant trois "tours de vis" sur ses taux courts. Ce qui porte à cinq le nombre de ses relèvements de taux depuis 2015. Un mouvement qui, d'après les "dot charts", est appelé à se poursuivre cette année. La Fed a aussi entrepris cette année, avec mesure, de réduire son bilan, gonflé jusqu'en 2014 par les rachats d'actifs obligataires réalisés dans le cadre des fameux QE.

Cela étant, la conjoncture européenne est elle aussi bien orientée, et surtout elle continue d'accélérer. De plus, la BCE n'est pas en reste pour ce qui du durcissement monétaire. Ramené de 80 à 60 milliards d'euros par mois au printemps dernier, le QE de l'établissement émetteur de la zone euro sera réduit à 30 milliards dès janvier 2018.

En outre, si les taux directeurs de la BCE sont toujours au niveau plancher de 0%, son président, Mario Draghi, restera en place jusqu'à 2019 au moins. Or la présidente de la Fed, Janet Yellen, n'aura pas droit à un second mandat et passera la main début 2018 à Jerome Powell. En outre, plusieurs fauteuils du comité de politique monétaire, le fameux FOMC, changeront de titulaire l'an prochain, ce qui génère une certaine incertitude.

EG




Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.