Accueil > Actualité > Société

CAC40: menace des supports, bilan hebdo de -2,3%, $ à 1,166.

(CercleFinance.com) - Le CAC40 aligne sa 5ème séance de consolidation d'affilée (un "5 sur 5" à la baisse), dans une ambiance modérément volatile : l'indice s'est enfoncé jusque vers 5.
482 (-0,45%) mais il a réduit sa perte de moitié et renoué avec les 5.400 points.

La lourdeur initiale de Wall Street (le Dow Jones et le S&P500 lâchent -0,2%) n'est vraiment pas une surprise mais cela contamine Paris qui affiche de nouveau -0,3% à 5.392 et accuse une perte hebdomadaire de -2,3% pour le première fois depuis le 10 août dernier.
Si cette perte s'accroissait à -2,5%, il faudrait remonter à la semaine du 26 juin.
L'Euro-Stoxx50 consolide également de -0,3% et menace le support des 3.600/3.595: le bilan hebdo ressort à -2,30% (comme pour le CAC40).

Si la tendance haussière à moyen terme ne semble pas remise en cause à Paris ou Francfort, le contre-pied actuel est significatif et la situation pourrait sérieusement se dégrader en cas d'enfoncement des 5.380 points sur le CAC40, avertissent les spécialistes.

"Depuis la décision de la BCE, le mois dernier, de prolonger de neuf mois ses rachats d'actifs, les marchés financiers s'étaient montrés particulièrement calmes", rembobinent les équipes de Danske Bank. Le net repli d'hier pourrait présager d'un début - certes fort tardif - de correction.

Sur le front des indicateurs, l'indice de confiance des consommateurs du Michigan se dégrade de 110,7 vers 97,8 en octobre.

Pour l'heure, sur le marché des changes, l'euro profite du mauvais chiffre ci-dessus pour reprendre de la hauteur à 1,1670$, alors que le baril de WTI progresse de +0,4% vers 57,3$ à New York..

Concernant les valeurs, Spie (+5,1%) domine le SBF 120 dans le sillage de l'annonce d'une augmentation de près de 8% de l'Ebita en rythme annuel à 247,6 millions d'euros. Le groupe a de surcroît confirmé ses objectifs annuels, notamment une production en hausse de 23 à 25% à taux de change constants (et d'environ 6% hors SAG), une marge d'Ebita entre 6,3 et 6,5% et un résultat net par action ajusté en forte croissance.

Son premier poursuivant Rubis s'adjuge quant à lui 2,9% au lendemain de la publication d'un chiffre d'affaires de 2,82 milliards d'euros au 30 septembre (dont 1,008Mds$ au T3), soit une croissance de 29% comparativement aux 3 premiers trimestres de l'année écoulée. Les revenus ont augmenté de 36% sur le seul troisième trimestre.

Du côté des baisses, l'action Vallourec lâche 8,5% (vers 4,65E) en dépit d'une reduction de la perte nette part du groupe à 119 millions d'euros au troisième trimestre, contre 160 millions un an auparavant, et d'une nouvelle révision à la hausse des objectifs annuels. L'Ebitda devrait en effet être compris entre -10 et -30 millions d'euros, contre de -44 à -94 millions annoncés en juillet dernier.

Enfin, Altice abandonne 3%, soit un recul de 36% depuis le début du mois, après l'éviction du directeur général, Michel Combes, qui était également le PDG de la filiale française SFR. Patrick Drahi devient président du conseil d'administration d'Altice et reprend en main les aspects "stratégiques, opérationnels, commerciaux et technologiques", "ce qui comprend en particulier SFR Group".

Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

Sondage

A quel niveau sera le CAC40 à fin décembre 2017:

En hausse à 5740Pts
En hausse à 5650Pts
Stable sur le niveau des 5500Pts
En baisse à 5350Pts
En baisse à 5180Pts
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.